5 – Le Plan de Fontmort – Barre des Cévennes : le patrimoine

étape précédante     

descriptif patrimoine hébergements et services commentaires

 

a voir en cévennes Le sentier d’interprétation mis en place avec le Parc national des Cévennes permet de découvrir la barre rocheuse surplombant le village ainsi que les rues, ruelles, places et fontaines. L’exposition sur l’agro-pastoralisme, liée à l’inscription des Causses et des Cévennes au patrimoine mondial de l’Unesco.

h histoire Barre était la capitale administrative des hautes Cévennes et ville de garnison de 1684 à 1761, située sur la ligne de partage des eaux, « entre Causses et Cévennes ».
Elie Marion, 1678 -1714, camisard et prophète. Lorsqu’Elie devint prophète en 1703, sa famille partit au désert où sa mère mourra en 1704. Elie Marion se réfugiera à Genève, en 1704, puis Lausanne. Il écrira en 1708 sa « Relation de la guerre des camisards.»

Il y avait 13 foires annuelles à Barre des Cévennes. Ces foires avaient un rôle économique important et étaient occasion de grands rassemblements, puisqu’on dit qu’elles rassemblaient jusqu’à 10 à 12.000 personnes.
Le 22 juillet 1702, lors de la  grande foire de la Madeleine, la population est en recherche de renseignements concernant les 7 jeunes gens de la vallée qui ont été arrêtés avec le guide Massip lors de leur tentative de rejoindre Genève, pays du Refuge. Malgré plusieurs interventions et des propositions financières, l’abbé Du Chaila refuse de les libérer. C’est à partir de ce refus que va s’organiser la Révolte : « Il y en a assez, il faut faire quelque chose ! » Esprit Séguier, Salomon Couderc, Abraham Mazel et Jean Rampon seront les premiers à se réunir (dans la maison Atgier, hameau du Bosc)) et à tenter de mobiliser en vue d’une action.
Le 28 juillet 1702 les attroupés tentent de prendre des armes au château de la Devèze dont les habitants se défendent. Jacques Couderc est tué. Les assaillants massacrent la famille. Le camisard Pierre Nouvel qui avait participé à l’expédition sera exécuté le 12 août suivant.

En mars 1703 Julien poursuit Castanet aux environs de Barre et du Pompidou. Il ordonne le stockage des vivres des alentours à Barre, les familles ne pouvant conserver de provisions que pour 15 jours, sous peine d’être considérées comme suspectes, malintentionnées ou collaboratrices des rebelles.
Le capitaine Doyer commandait la troupe de Barre que Julien voulait porter à 300 hommes.
Le 28 mai 1703, Julien taxe Barre (comme Florac) de 20.000 livres, Les Baumes de 4.000 et St Laurent de 8.000.
En juillet 1703, bien que la foire de la Madeleine attire moins, Le maréchal de Montrevel craint que Cavalier y vienne pour ravitailler ses quelques 1.200 hommes, ce pourquoi il envoie Julien et sa troupe. Montrevel s’installera à Barre en septembre 1703.
Le 19 octobre 1703, Julien est informé de la tenue d’une importante assemblée à proximité du Masbonnet. Il n’y trouvera que les habitants et quelques jeunes gens qui prétendent n’être venus que pour ramasser des châtaignes.
En mars 1704 le comte de Tournon fit entourer Barre de murailles qui reliaient les maisons les unes aux autres, bouchant les ouvertures et les portes de derrière.